10 devoirs et 5 droits

En Ă©coutant la vidĂ©o de Christophe Deloire sur Thinkerview, j’ai dĂ©cidĂ© d’adhĂ©rer Ă  Reporter Sans Frontières. Non pas que j’ai les qualitĂ©s requises d’un grand reporter, mais j’avais envie de professionnaliser ma dĂ©marche en qualitĂ© de bloggeuse, ce que j’ai commencĂ© avec le covid. J’ai pris des cours de photo, je me suis Ă©quipĂ©e, modestement certes, mais en suivant les cours sur Domestika, j’ai appris Ă  raconter une histoire avec peu de moyens.

Quand j’ai commencĂ© ce blog en Octobre dernier, j’avais l’intension de dessiner, mais j’avoue que le dessin me fait peur, j’ai peur de la manière dont les gens peuvent interprĂ©ter au premier degrĂ©s ce que je dessine. Je me suis donc abstenue jusqu’Ă  prĂ©sent, mais en dĂ©veloppant France Rurale, j’ai commencĂ© Ă  structurer une sĂ©rie de cours, notamment sur l’ethnographie. Je ne suis sans doute pas grand reporter, je pense que je suis trop “naĂŻve” et “sĂ©curitaire” pour aller sur certains terrains, mais j’ai tout de mĂŞme une capacitĂ© d’analyse que je souhaite dĂ©velopper.

De la mĂŞme manière que j’ai commencĂ© Ă  blogger, je vais commencer Ă  structurer mes cours pour faire classe en ligne. Jacques Dumarçay disait en 1995 que j’Ă©tais la seule spĂ©cialiste de terrain avec une expĂ©rience singulière d’ethnographe dont il voulait que je parle. A l’ambassade de France de Jakarta, on m’avait donnĂ© la pompeuse qualification d’ethnographe et Ă  la limite, c’est ce qui me dĂ©finit le mieux. Ben voilĂ , j’aurais mis le temps, mais comme j’ai mis le temps Ă  raconter ma vie. Je pense que je vais reprendre le dessin et prĂ©cisĂ©ment pour faire du journalisme.

En 2018, j’ai conduit une analyse de la bibliothèque Vasconcellos Ă  la demande d’un ingĂ©nieur chinois d’Australie. Il Ă©tait Ă©tudiant et ne savait pas par oĂą commencer. Je veux m’inspirer de ce travail, lui-mĂŞme inspirĂ© de “Elements of Modern Architecture“. J’avais trouvĂ© la dĂ©marche très intĂ©ressante de dessiner sur plusieurs niveaux de lecture Ă  la manière des anciennes aquarelles d’architecture, mais au lieu d’une polychromie, simplifier au maximum avec seulement deux camaĂŻeux de couleurs. Au travers des schĂ©mas simples, le dessin reprĂ©sente des idĂ©es qui parviennent Ă  connecter des concepts parfois Ă©loignĂ©s dans le propos, mais je pense que je vais me servir de cette technique de schĂ©matisation pour faire de l’art, c’est Ă  dire reprĂ©senter ET interprĂ©ter.

Je ne pense pas que mon blog Ptitebitd s’inscrive dans une ligne Ă©ditoriale journalistique. Ce blog est beaucoup trop personnel pour suivre aucune ligne Ă©ditoriale, mais j’ai d’autres sites, comme France Rurale et Religious Map qui eux le pourraient. En tout cas, il faut bien commencer par quelque chose, tel que la Charte de Munich.

Je n’ai jamais Ă©tĂ© bonne en français, et c’est d’ailleurs une rĂ©flexion que je me suis faite en Ă©coutant Christophe Deloire, parce que j’ai souvent des difficultĂ©s avec les gens qui eux, sont plutĂ´t littĂ©raires. J’ai eu 6 Ă  l’Ă©crit de français au bac et 12 Ă  l’oral. C’est la philosophie qui m’a sauvĂ©e, et sans doute parce que je suis plutĂ´t meilleure en maths, pas extra, mais la gĂ©omĂ©trie est un domaine qui m’a toujours passionnĂ©e. La gĂ©omĂ©trie est purement logique, c’est de la physique appliquĂ©e, tandis que la littĂ©rature est plus… comment dire… fictive.

Je me faisais cette rĂ©flexion lĂ  hier soir en m’endormant que la plupart des politiques amĂ©ricains sont des lawmakers, donc plutĂ´t des littĂ©raires et qu’ils n’ont aucun sens pratique, ils ne sont pas pragmatiques. Comment peuvent-ils ĂŞtre dĂ©mocrates sans incorporer cette autre phase de la pensĂ©e qu’est la logique? Je ne parle pas d’intelligence, mais de logique. Quand je parle de logique et de gĂ©omĂ©trie, j’ai très souvent l’impression que les gens ne me comprennent pas. J’ai donc dĂ©cidĂ© de crĂ©er un cours de gĂ©omĂ©trie sur France Rurale. La gĂ©omĂ©trie dĂ©coule du sens pratique des paysans. Je l’ai mise dans la catĂ©gorie de cours sur le langage parce que je pense qu’elle sert aussi Ă  communiquer. Hors, la plupart des adultes perdent ce langage en grandissant alors que les enfants l’ont naturellement. Une fois que j’aurais fini de dĂ©velopper mon cours, je pense que j’aimerais conduire une recherche pour analyser comment ce langage Ă©voluerait s’il Ă©tait dĂ©veloppĂ© chez les tous petits.

Je pense que les religieux ont toujours cherchĂ© Ă  dĂ©velopper les sphères de l’intelligence qui permettent de comprendre l’harmonie, l’Ă©quilibre des choses, les relations de l’homme Ă  son environnement et Ă  la sociĂ©tĂ©. Je pense que les religieux se sont beaucoup servis de la gĂ©omĂ©trie pour cela, hors les connaissances se perdent. Les maths et la gĂ©omĂ©trie deviennent des sciences thĂ©oriques relevant plus de la sorcellerie oĂą l’enfant devrait apprendre des formules. Hors si la gĂ©omĂ©trie peut s’expliquer avec des formules, elle ne se fait pas comme ça.

C’est un peu comme cuisiner. On peut suivre des recettes de cuisine, mais un grand chef sait crĂ©er, combiner les ingrĂ©dients pour crĂ©er des saveurs en harmonie avec les couleurs et la mise en place. La gĂ©omĂ©trie est pareil. Il y a les recettes de cuisine qu’on apprend Ă  l’Ă©cole, et puis il y a la crĂ©ation. Mon postulat est de dire qu’un enfant qui apprend Ă  crĂ©er sera toujours curieux d’aller chercher les recettes de cuisine, parce qu’il voudra s’amĂ©liorer, et il le voudra parce qu’il aura trouvĂ© une passion, parce qu’on aura su lui communiquer une passion. Hors l’Ă©cole aujourd’hui ne laisse pas de place Ă  la passion et les parents ne savent pas non plus comment crĂ©er cette passion. L’abrutissement produit souvent l’effet inverse Ă  celui voulu d’Ă©duquer hors l’Ă©cole aujourd’hui sait qu’elle peut ĂŞtre ludique, de nombreux exemples d’Ă©coles sont dĂ©veloppĂ©es sur ce principe d’apprendre en s’amusant.

Pour dĂ©velopper un peu ce thème j’ai prĂ©vu de dĂ©velopper un cours sur le travail des enfants, pour aider les adultes dans cette dĂ©marche Ă  faire participer les enfants au travail. L’objet de ce cours sera de dĂ©velopper des fiches thĂ©matiques comme des recettes de cuisine pour grand-parents, oncles et tantes, nounous et parents, mais au lieu de cuisine, il y aura aussi des maths, des sciences et des activitĂ©s pratiques. Un exemple, comment dessiner un poncho large sans compas Ă  partir de feuilles A4, toutes sortes d’exercices de ce genre pour montrer que l’apprentissage scolaire permet de se dĂ©brouiller dans la vie.

J’ai pas encore trouvĂ© la bonne formule pour ne plus faire de fautes d’orthographe, mais le problème s’est rĂ©solu tout seul avec mon ordi. Pourtant, je devrais faire un cours sur “comment Ă©crire quand on est un cancre”, parce que l’analphĂ©bĂ©tisation est un phĂ©nomène bien rĂ©el et dramatique. Comment Ă©veiller l’esprit. Comment s’Ă©veiller l’esprit tout seul quand on est un enfant. Je pense que beaucoup d’enfants font face Ă  la solitude et la sociĂ©tĂ© ne rĂ©sous plus ça.

La charte de Munich évoque de nombreuses thématiques à caractère social dans les 10 devoirs et 5 droits. Je pense que la société et notamment les enfants, doivent y être préparés.

10 DEVOIRS

  1. Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité.
  2. Défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique.
  3. Publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents.
  4. Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.
  5. S’obliger à respecter la vie privée des personnes.
  6. Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte.
  7. Garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement.
  8. S’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information.
  9. Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs.
  10. Refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction.

5 DROITS

  1. Les journalistes revendiquent le libre accès Ă  toutes les sources d’information et le droit d’enquĂŞter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privĂ©es ne peut en ce cas ĂŞtre opposĂ© au journaliste que par exception en vertu de motifs clairement exprimĂ©s.
  2. Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire Ă  la ligne gĂ©nĂ©rale de son entreprise, telle qu’elle est dĂ©terminĂ©e par Ă©crit dans son contrat d’engagement, de mĂŞme que toute subordination qui ne serait pas clairement impliquĂ©e par cette ligne gĂ©nĂ©rale.
  3. Le journaliste ne peut ĂŞtre contraint Ă  accomplir un acte professionnel ou Ă  exprimer une opinion qui serait contraire Ă  sa conviction ou sa conscience.
  4. L’Ă©quipe rĂ©dactionnelle doit ĂŞtre obligatoirement informĂ©e de toute dĂ©cision importante de nature Ă  affecter la vie de l’entreprise. Elle doit ĂŞtre au moins consultĂ©e, avant dĂ©cision dĂ©finitive, sur toute mesure intĂ©ressant la composition de la rĂ©daction : embauche, licenciement, mutation et promotion de journaliste.
  5. En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non seulement au bénéfice des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant sa sécurité matérielle et morale ainsi qu’une rémunération correspondant au rôle social qui est le sien et suffisante pour garantir son indépendance économique.

Ca fait rĂŞver. On m’aurait dit ça quand j’Ă©tais enfant, j’aurais persĂ©vĂ©rĂ© pour devenir journaliste. Mon premier salaire, je l’ai dĂ©pensĂ© en achetant mon premier appareil photo reflex Ă  13 ans, mais le coĂ»t du dĂ©veloppement m’a ensuite arrĂŞtĂ©e net. Le numĂ©rique a Ă©tĂ© une rĂ©volution. J’ai maintenant deux Pentax K10D et deux Canon HG10. De vieux modèles mais que j’ai tous deux bien en main et surtout, que j’ai plaisir Ă  dĂ©velopper. Le K10D est difficile, parfois mĂŞme ingrat au premier abord, mais dans Lightroom, je m’amuse. Je vais essayer de poster plus de photos maintenant que je me suis faite un programme Ă  peu près rĂ©aliste.

Certaines personnes disent que j’ai trop de projets, mais c’est ma façon Ă  moi d’order les choses. Toute petite, on m’appelait la tortue. j’avance lentement, mais j’avance. Avoir plusieurs projets me permet de dĂ©finir mes objectifs, de classifier puis parfois de faire des synthèses, ou d’aboutir. J’ai toujours fonctionnĂ© comme ça, et je n’ai pas envie de changer. Donc on verra au final quels succès j’aurai obtenus, mais il ne faut pas se fier Ă  la lenteur des tortues. Elles avancent.

Une dernière vidĂ©o avec ce mot de la fin, “nous sommes tous des journalistes”.

Print Friendly, PDF & Email