Darwinisme capitaliste ou capitalisme darwiniste

Je regardais cette vidéo hier soir sur les oligarques ukrainiens et cela m’emène à un certain nombre de réflexions. A la fin de l’union soviétique en Tchécoslovaquie, j’étais à Prague avec l’école d’architecture. Nous étions logés dans un goulag et toute la journée, nous étions libres de visiter et dessiner la ville. J’ai vu la ville la dernière semaine de l’union soviétique et la première semaine de Prague libre. Ce passage fut presque invisible mais significatif pour l’ensemble des travailleurs. Ceux qui avaient des boutiques sous l’ère soviétique travaillaient pour l’état, avaient des quotas et leur revenu était versé par l’état à qui ils versaient leurs dividendes. Après l’ère soviétique, ils avaient toujours leurs boutiques mais cette fois, elles leur appartenaient légalement en leur nom, il n’y avait plus de quotas, ils bénéficiaient du fruit de leur travail et étaient devenus non seulement libres de leurs décisions, mais également propriétaires libres de toutes dettes, tout emprunt, toutes charges sur leur travail.

Les hautes fonctions de l’état ont fait de même. Ceux qui pilotaient les industries, les mines, les carrières, les champs, les forêts sont devenus propriétaires terriens et industriels. Ils se sont rapidement enrichis parce qu’ils s’agissait de secteurs lucratifs, mais aucun n’est parti de rien à créer une entreprise. Tout cela était venu de leur héritage soviétique. Seulement passer d’un système collectif à un système capitaliste portait un certain nombre de revers tels que l’individualisme, l’enrichissement personnel et toujours, les connexions avec les hauts fonctionnaires de l’état.

En France, au lendemain de la deuxième guerre mondiale, l’assemblée nationale est communiste à 75% ce qui est assez significatif de la stratigraphie de la France. 75% étaient des ouvriers et des travailleurs pauvres tandis que 25% représentaient les bourgeois et les riches, industriels, propriétaires terriens, multinationales. Les multinationales en France sont toutes des entreprises familiales qui ont prospéré en soviétisant leur industrie, c’est à dire que l’état est devenu partenaire au travers les différents rôles des hauts fonctionnaires à la tête du pays. C’est le cas de toutes les entreprises du secteur militaro industriel et cela explique sans doute que toutes les autres industries aient disparues, parce que l’état était soviétisé lui-même par les 75% de fonctionnaires et acteurs de la vie publiques.

Je suis assez vieille pour avoir vu l’évolution de la dé-soviétisation en France, lorsque les oligarques russes sont venus acheter les produits de luxe français. La place Vendôme à Paris existait déjà. Les marques de luxe existaient déjà, Dior, Chanel, Cacharel. Mais ces marques étaient alors perçues comme un fleuron qui développait un savoir faire français. Les petites mains, brodeuses, couturières, assembleuses avaient un statut particulier qui les mettaient presque au même niveau que les ingénieurs de l’armement. Lorsque les oligarques russes sont arrivés en France, ils avaient été précédés par les bus d’ingénieurs japonais et chinois venus photographier nos industries. Le secteur industriel avait été pillé et les russes sont arrivés derrière pour acheter des produits de marque.

Les médias nationaux ont relayé timidement ce phénomène de transition où le paysage industriel changeait et progressivement, on a vu les reportages sortir sur les russes qui achètent des pampilles, des bijoux, des vêtements et des voitures. Là où les anciens clients de la place Vendôme (la place des bijoutiers du luxe) préféraient se cacher, comme un monsieur à la sortie d’un bordel, les oligarques russes sont arrivés décomplexés pour faire le déballage de leur orgie. Le fric, mais surtout et c’est apparu comme une évidence, la corruption. Hors, c’est là je pense que l’occident fait une grave erreur de perception, et la question que soulève la vidéo ci-dessus, c’est de quelle manière cette erreur de perception est rendue volontairement erronée. Comment la dé-soviétisation est devenue l’arme de propagande privilégiée de l’occident.

Avec l’essor rapide de la Chine, on voit très bien comment les oligarques chinois sont considérés. Aux yeux du peuple, naïvement, ils rendent un service public, c’est à dire que face à l’ostracisation du monde occidental pour le communisme, ils montrent que leur pays prospère, n’est pas pauvre, n’est pas attardé, a des ambitions et se donne les moyens de ces ambitions pour acheter, développer et faire fonctionner le pays, car dans leur rôle de service public, ils permettent aux chinois de hacker, de copier, de répliquer et de vendre, donc de se développer et d’en faire bénéficier leur pays. Bien qu’il y ait là toute une structure d’idées fallacieuses, le communisme moderne contourne le capitalisme par la raison d’état.

La Russie est entre deux ères, la dé-soviétisation et en même temps, la nécessité de garder le contrôle sur les excès du capitalisme. Elle le fait par le biais de son armée qui soviétique ou non, fonctionne toujours, dans tous les pays, comme un système soviétique. Les militaires, même français, même américains, sont soviétisés dans le sens qu’ils fonctionnent de manière mécanique pour décider et distribuer des ordres. A l’inverse, ils ne décident de rien et c’est le parti politique qui est au gouvernement, quelles que soient ses couleurs, qui décide de tout.

L’Ukraine et les oligarques ukrainiens ont hérité du système soviétique et surtout, l’Ukraine ne serait jamais devenue une nation indépendante sans cette logique de dé-soviétisation où les hauts fonctionnaires deviennent les industriels d’un monde libéral. Ce que la vidéo sur les oligarques montre va plus loin, et c’est le remplacement d’oligarques russo-ukrainiens de l’ancienne ère par des oligarques américains et européens. Sur la vidéo suivante, c’est presque une provocation, les troupes américaines défilent sur la place de Maïdan. Pire même, les troupes étrangères d’Angleterre, Georgia, Danemark, Estonia, Canada, Latvia, Lithuania, Moldova, Slovaquie, Finland, République Tchèque, Suède et les Etats-Unis sont présentés comme les “alliés” de l’Ukraine, sans la Russie. Tous les bâtiments sur la vidéo sont anciens, ils n’ont pas été construits après 2014, mais cet héritage là est “décapité” pour laisser place à cette nouvelle Ukraine militaire qui tient à peu près sur l’espace d’un boulevard. Un défilé de bottes où seul le peloton de tête tombe sous les balles aujourd’hui.

Zelinsky est une marionette dans tout cela, il donne au peuple le sentiment d’être gouverné, mais il n’est pas arrivé au pouvoir sans rien. Il est arrivé au pouvoir avec un héritage russe et avec la promesse de mettre fin aux conflits dans le Dombass. Il est arrivé aussi avec de lourds bagages, celui du clan Biden. C’est une affaire dont les médias français parlent peu mais qui fait grand bruit aux Etats-Unis. Hunter Biden, le fils de l’actuel président, a oublié un ordinateur chez un réparateur qui en est devenu propriétaire suivant la loi. Hors cet ordinateur dévoile de nombreuses affaires que les démocrates voulaient enterrer.

Pendant qu’on parle des oligarques russes pour dénoncer les liens du pouvoir, du politique et de l’industrie de manière frauduleuse, il se passe ici, aux Etats-Unis, un imbroglio d’affaires qui remontent à l’ère d’Obama et qui montrent comment les oligarques russophones d’Ukraine sont attaqués pour laisser place aux oligarques de “l’alliance” militaire, russophobes, en parade sur la vidéo ci-dessus. Des pays qui se partagent le gâteau de l’Ukraine et où l’Europe apparaît en morceaux, mais bien plus en fait. On voit comment les hauts-fonctionnaires américains se sont corrompus dans les milieux industriels pour attaquer la Russie. C’est une guerre économique de remplacement comme la France le voit aujourd’hui au travers l’affaire McKinsey.

Dans un post précédent, Jacques Baud explique dans une interview de Michel Midi comment les forces Ukrainiennes ont provoqué la Russie quelques jours avant l’invasion de l’Ukraine du 24 février 2022. Jacques Baud explique que les frappes Ukrainiennes contre le Dombass et Luhansk se sont intensifiées considérablement peu avant l’attaque russe. Il cite notamment les rapports de l’OSCE. J’ai donc repris ces rapports pour faire les deux Gif suivants sur la période du 10 février 2022 au 24 février 2022. Les frappes ont été multipliées par dix. C’est à dire que sur une guerre larvée et incessante depuis 2014 dans le Dombass, l’armée Ukrainienne est venue intensifier le combat à partir du 17 février 2022. Le rapport ne dit pas qui tire le premier, qui riposte et qui est responsable initialement, mais on voit clairement qu’une guerre larvée devient offensive et intense.

Ce que l’on voit également, ce sont les cartes et où les frappes sont positionnées par rapport à la ligne rouge de démarcation. A priori, tout ce qui se trouve à gauche de la ligne, ce sont les forces russophones du Dombass et de Luhansk qui frappent. Toutes les frappes à droite de la ligne rouge sont des frappes de l’armée Ukrainienne contre le Dombass et Luhansk. Au moment des frappes, entre le 10 et le 24 février 2022, Putin avait déjà mobilisé ses troupes à la frontière entre l’Ukraine et la Russie, c’est à dire que le gouvernement Ukrainien, sachant que Putin était déjà en position aux frontières, a décidé de lancer les hostilités en augmentant la force de frappe dans un rapport de 1 à 10 contre le Dombass et les cartes montrent qu’à partir du 10 février 2022, c’est le Dombass qui est attaqué par les forces ukrainiennes. Alors que Putin demandait l’application des accords de Minsk, donc le cessez-le-feu de la part du gouvernement Ukrainien suivant les mêmes accords, le gouvernement Zelinsky a préféré intensifier les combats par 10, lançant ainsi une offensive à laquelle l’armée Russe a répondu le 24 février 2022.

Tout cela a été observé par l’OSCE, dont la Pologne avait la gouvernance à ce moment des hostilités et cela ramène au grand échiquier de Zbigniew Brzezinski dans le dessin d’établir un gouvernement mondial aux Etats-Unis. Dans quelle mesure les Démocrates américains se sont-ils inspirés de Brzezinski et dans quelle mesure les polonais y ont-ils contribué? Dans quelle mesure la Pologne et les Etats-Unis se sont-ils-immissés dans ce conflit et dans quelle mesure la France est-elle impliquée au travers la soi-disant médiation de Macron, une médiation par ailleurs qui se traduit en échec plus ou moins voulu de sa part, car je pense que la France avait son propre agenda d’instrumentaliser cette crise: présidentielles, France-Afrique, atlantisme.

Sur les graphiques ci-dessus, on voit que les violations de cessez-le-feu ont été autour de 200/jour jusqu’au 16 février. A partir du 17 février, les frappes s’intensifient jusqu’à plus de 2000 par jour. Qui a donné les ordres à Zelinsly et à son armée? Zelinsky était-il le chef de guerre et s’était-il préparé au grand show qu’il donne aujourd’hui au monde. Pendant qu’il devient une star de la real politique américaine, des civils meurent sous les bombes, sont déportés, leurs vies détruites, leur avenir incertain.

Si on replace le gouvernement Zelinsky dans le contexte américain avec Joe Biden président, le côté “Hollywood” de cette Ukraine occidentalisée n’est pas sans rappeler non plus le rôle de Zelinsly auprès du président Biden, ou même le rôle de la guerre dans la perception que Biden peut avoir des évènements. Zelinsky est un peu comme Beau, le défunt fils de Joe Biden, et c’est ce fils de substitution qui ramène Biden là où il se plait le mieux. Sur la vidéo suivante, on voit un vieillard parler à ses troupes, sans cravate et faire des gaffes incroyables, à peine audibles. C’est lorsque Biden croque son morceau de pizza qu’il apparaît comme un vieillard, lent, très lent, dans le tumulte des évènements.

L’homme noir à côté de lui est un ancien général à la retraite. C’est également la plus haute personnalité du Pentagone. Il est presque en admiration devant vieux papa et l’on pourrait croire à une photo de famille si la guerre ne frappait pas en Europe, si la vie des soldats n’était pas en jeu.

Joe Biden est un homme blessé par la perte de sa première femme et de sa fille dans un accident de voiture en 1972. Cela le rend très protecteur pour les siens et très agressif avec quiconque s’attaque aux siens, particulièrement s’il est républicain et qu’il s’appelle Donald Trump.

Hors, depuis octobre 2021, une affaire impliquant Hunter Biden est ressortie au travers les médias, dans laquelle Joe Biden pourrait être impliqué. Une enquête du FBI est en cours, et plusieurs enquêtes fiscales et criminelles y font échos. Ces enquêtes sont bien entendu utilisées par la propagande adverse, sachant que Joe Biden n’a plus l’âge de faire face à tout cela, qu’il décline et que la fatigue intellectuelle précipite un peu son déclin.

Là où cette affaire intéresse notre sujet, c’est que Joe Biden était sénateur du Delaware et l’ordinateur de Hunter Biden en question était chez un réparateur du Delaware. Le Delaware est le paradis fiscal américain. C’est également l’état dans lequel McKinsey a son siège. L’affaire ressort dans les colonnes aujourd’hui parce que l’ordinateur contient des emails compromettants entre Hunter Biden et des partenaires professionnels Ukrainiens. Hunter était membre du bureau de Burisma, une compagnie gazière ukrainienne. Hors, c’est à cause de toutes ces affaires que les démocrates américains ont essayé de limoger Trump parce que son avocat Rudi Giuliani menait une enquête ouverte (non confidentielle) en Ukraine pour retrouver les causes de Wikileaks. La théorie de Trump, c’est que les hackers étaient ukrainiens, mais que la compagnie de cybersécurité qui les a identifiés comme russes, aurait été complice pour accuser les russes en faveur de Trump lors des élections de 2016. Toute l’affaire est décrite ici.

Cette affaire ressort en pleine guerre Ukrainienne et il est intéressant de voir que le New York Times confirme l’existance de l’ordinateur, des emails et de la suspicion qui règne autour. En parallèle de cette affaire, Trump a porté plainte contre Hillary Clinton pour toutes les accusations qu’elle a porté contre lui et qui ont forcément joué en pleine période électorale. Le rôle des représentants de l’état est questionné, attaqué et surtout politisé par des affaires de corruption dans le monde industriel et c’est là sans doute que se joue la dualité entre la Russie et les Etats-Unis. La dé-soviétisation a créé des oligarques tandis que l’occident est obligé de se corrompre pour atteindre le même niveau de pouvoir.

En Ukraine, les Etats-Unis ont à peine dissimulé leur implication dans la magistrature ukrainienne, plaçant leurs juges et faisant leurs lois, distribuant des faveurs et des bons points. Tandis que l’occident parle de l’Ukraine indépendante, ce n’est pas ce qui apparaît aux yeux du reste du monde. L’Ukraine n’est ni devenue indépendante, ni libre. Elle a seulement changé de mains pour remplacer les siècles d’histoire qui liaient l’Ukraine, l’Europe et la Russie. Hors on voit bien que derrière le “remplacement”, l’idée est avant tout de remplacer les oligarques, déplacer le pouvoir et imposer l’union sacré entre l’Angleterre et les Etats-Unis. En début de cortège de la marche militaire ci-dessus, les anglais ouvrent la marche des alliés. Ce sont les Etats-Unis qui ferment la marche après la Georgie, le Danemark, l’Estonie, le Canada, la Latvia, la Lithuania, la Moldova, la Slovaquie, la Finland, la République Tchèque et la Suède. Onze pays qui symbolisent un Commonwealth Européen. Treize, si on rajoute l’Angleterre et les Etats-Unis, presque une scène biblique à la veille d’une crucifixion.

Hors la crucifixion s’annonce par le biais des sanctions, coût de l’essence, coût du chauffage, coût de la nourriture. On nous annonce même des famines face auxquelles Macron annonce les initiatives Act-A pilotées par l’organisation mondiale de la santé. Très étrangement, ces initiatives Act-A ont été lancées durant le covid-19 et ne peuvent qu’interroger sur le rôle de McKinsey… du Delaware, du clan Biden.

Combien de temps le clan Biden tiendra-t-il, et surtout, comment cela affecte-t-il la politique internationale? Plus gravement, comment les dérives de la politique américaine ont-elles pu conduire à la guerre en Ukraine, faisant des morts, des blessés, des orphelins, des réfugiés, des traumatisés, des personnes dont la vie a basculée. Quand on sait qu’Hunter Biden était un cocaïnomane, que 10% des cas de pédophilie au monde sont Ukrainiens, que l’Ukraine est un pays “slave” avec toute la connotation religieuse et historique qui en découle (je vous renvoie à l’Impératrice Théodora), que l’Ukraine est une plateforme de la drogue, quatrième pays au monde pour les ventes d’armes, qu’Odessa est une ville essentiellement tenue par la pègre et que tout cela n’a plus de pays, dispersé, européanisé un peu partout… je rejoins le commentaire de Nigel Farage que c’est un embarrassement pour l’Amérique.

Pourtant, ce n’est pas l’Amérique qui paiera le prix des erreurs politiques mais plutôt l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient. Ils peuvent parler d’un OTAN plus fort aujourd’hui. Si cela continue comme ça, il faudra vraiment que l’OTAN soit fort pour résister à ce chaos. En titre, je posais la question, darwinisme capitaliste ou capitalisme darwiniste. Quand on parle de famines, c’est bien le capitalisme qui est devenu darwiniste, opérant sa sélection par la loi du plus fort. Au final, ce sont peut-être les églises qui vont faire bon grain. Peut-être l’annonciation d’une nouvelle ère.