Le mythe des 99%

Les peuples, un peu partout au monde, voudraient se complaire Ă  l’idĂ©e du mythe des 1%, sous entendu qu’un pourcent de la population serait corrompue, et 99% en seraient les victimes. Tout cela n’est qu’un mythe et un mythe dangereux qui a conduit au nazisme, au communisme, Ă  l’antisĂ©mitisme et diffĂ©rentes formes de totalitarismes. Moi qui ait Ă©tĂ© Ă©crivain, inventeur et artiste sous certaines formes, j’ai une toute autre perception des choses et il suffit de regarder l’histoire comment BoĂšce, GalilĂ©e et tant d’autres ont souffert.

Les Etats-Unis sont devenus un bourbier de sectes dans lequel je retrouve tous les maux de la critique du Christianisme et sans doute lĂ  oĂč je suis plus qu’ailleurs. Ce que dit Celse sur les ChrĂ©tiens pourrait s’appliquer ici avec toute la laideur de la cupiditĂ© pour idĂ©e, car en fait, la grande idĂ©e c’est cela, Ă©craser les autres pour faire croire qu’ils sont supĂ©rieurs. Je regarde complĂštement impuissante et je me dĂ©goute de cette impuissance parce que cela oblige Ă  des changements radicaux comme s’il n’y avait pas de compromission possible. Leur laideur dĂ©borde.

J’ai passĂ© ma nuit Ă  rĂ©flĂ©chir et j’ai fait un certain nombre de choix. Je vais abandonner le Christianisme. Cette religion ne me correspond plus et le Christianisme est tellement intrinsĂšque de la franc-maçonnerie aux USA, de la scientologie et de toutes ces sectes parallĂšles, mĂȘlĂ©es au politique que cela est devenu puant, et pour revenir au mythe des 99%, c’est comme si on disait que 99% sont ChrĂ©tiens, donc Ă  priori les bons tandis que 1% sont les juifs, donc Ă  priori les mauvais. Moi, de mon balcon, je vois les choses diffĂ©remment et je crois qu’un peut partout, il y a du bon et du mauvais mais que globalement, la rĂ©volution industrielle a rĂ©vĂ©lĂ© l’arrivisme de beaucoup de gens arrosant au passage ceux qui se nourrissent des miettes, les vautours, les omegas, les zĂ©lateurs, la basse court quoi.

LĂ  oĂč je vis, on voit Ă  peut prĂšs toutes les couches de la population, environ 200 familles qui vont de riches au million jusqu’au pauvre au jour le jour. Environ 8% cette population lĂ  reprĂ©sente les manipulateurs voyants, ceux que l’on reconnait facilement. Parmi eux, il y a beaucoup d’ambitieux moyennement riches, des psychopathes dominateurs, des gens proches de la pauvretĂ© qui se maintiennent dans le 8% et des fous de JĂ©sus, parfois trĂšs pauvres. Environ 4% sont les manipulateurs peu voyants, qui agissent au coup par coup ou Ă  la demande pour rendre service, pour ĂȘtre gentil, pour passer un message, pour ĂȘtre agressif, pour faire coercion sans trop savoir trop de quoi. Le 1% sont les dĂ©cideurs agissants, propriĂ©taire, artiste, politiques, mais ils ne dĂ©cident pas sans l’approbation des 12% que l’on voit. Les 87% restants sont les gens passifs, qui dĂ©sapprouvent en silence, qui se moquent, qui ne comprennent pas ce qui se passe ou qui ne sont littĂ©ralement pas intĂ©ressĂ©s. On voit bien que pour faire fonctionner le 1%, il faut 12% de manipulateurs et c’est lĂ  qu’est le problĂšme, parce que ces gens constituent le noyau de la secte gouvernante Ă  qui profite le crime.

Pour reprendre Le discours vĂ©ritable de Celse, la maniĂšre dont sont manipulĂ©es les idĂ©es constitue l’objet de la secte, mais ce qui est intĂ©ressant, c’est la maniĂšre dont cela fonctionne. Ils se construisent un temple dans lequel ils projettent leurs ambitions, puis ils manipulent pour atteindre ces ambitions lĂ . Pour mieux l’expliquer, ils ne pronostiquent pas, ils ne supposent pas, ils dĂ©finissent un dessein et ce dessein est comme celui de la main sur les mosaics de Ravenne ou de Beit Alpha, un moyen de gouverner les hommes en se faisant passer pour dieu. Dieu en fait ils n’y croient pas, il s’agit d’une gĂ©omĂ©trie innommable pour les quelques initiĂ©s qui feront en sorte que personne n’y voit jamais rien.

Dans leur temple, il y a des croisĂ©s, des montagnes qui explosent, MoĂŻse bien entendue pour juger les hommes car s’il font cette secte, c’est pour cela, pour infliger leurs lois. Il y a une justice bancale qui penche trĂšs lourdement d’un seul cĂŽtĂ© et puis, il y a le culte du sacrifice oĂč il faut verser le sang d’un innocent pour racheter leurs dettes. C’est toute une interprĂ©tation de la sociĂ©tĂ© qu’ils veulent construire et il font ensuite tout tourner autour de cela, manipulant, endettant, exhortant, ostracisant, expulsant, menaçant, exerçant leur coercion avec brutalitĂ© et donnant au nom de l’amour toute la crudeur et la mochetĂ© de la perversion. Pour comprendre l’histoire du Christianisme, il suffit de venir dans cette cathĂ©drale lĂ , un camp de voyageurs. Il s’y fonde les guerres, les crimes et les tueries de l’histoire.

Rien qu’Ă  regarder le parcours de Tom Hanks, j’ai dĂ©cidĂ© que je prĂ©fĂ©rais quitter Hollywood. Aujourd’hui, je commence Ă  faire mes valises. Avec Hollywood, c’est le Christianisme que je quitte et que je rejette, cette idĂ©e des anges et des dĂ©mons. J’ai une autre idĂ©e de la foi mais j’ai dĂ©cidĂ© que je n’adhĂšrerai pas Ă  une religion. Les religions sont toujours politiques et dĂ©voyĂ©es. Elles infantilisent ou elle rendent cruel et je ne m’identifie pas en cela. Je ne suis pas assez cultivĂ©e pour ĂȘtre philosophe mais j’ai appris avec la vie que cela ne m’empĂȘcherais pas d’ĂȘtre Ă©crivain, artiste et tĂ©moin. Comme un tĂ©moin qui tĂ©moigne, je reste Ă  l’extĂ©rieur de tout cela. Hollywood, c’est le marche ou tu crĂšves de Macron, cette idĂ©e que c’est eux ou rien. Moi je dis qu’il existe des alternatives et je vais les prendre.

Pour retrouver le calme, je propose cette vidĂ©o de Pierre Rhabi. Moi, c’est ce genre de message qui me porte.

Print Friendly, PDF & Email