Votez, parrainez, n’ayez pas peur

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaĂ®tre, mais la France fut un grand pays qui se trouve pillĂ© aujourd’hui par la cupiditĂ© de ses gouvernants. LĂ  oĂą je suis, je ne peux pas voter, mais j’invite tous ceux qui me lisent Ă  voter. S’ils ne savent pas pour qui voter, qu’il fasse un vote utile pour un petit candidat, mais il ne faut surtout pas laisser l’enveloppe vide car ce vote est comptabilisĂ© pour le candidat gagnant ce qui influencerait le deuxième tour. Il n’y a rien de pire qu’un candidat qui prendrait la grosse tĂŞte en pensant qu’il a le droit de tout faire, sans le peuple. La France n’est pas seulement une dĂ©mocratie, c’est aussi une rĂ©publique avec une constitution. Il n’est pas marquĂ© dans la constitution qu’une “majoritĂ©” a le droit de dĂ©pouiller les autres. Ceux qui gouvernent ont dĂ©voyĂ© le sens de la dĂ©mocratie, et il faut se battre contre eux.

Si j’avais pu voter, j’aurais hĂ©sitĂ© entre trois candidats, Marine Le Pen, Eric Zemmour et Alexandre Juving-Brunet. Je ne suis pas d’accord avec beaucoup de choses que Zemmour peut dire, mais je pense qu’il est un vote utile parce que la France s’est rĂ©veillĂ©e pour agir. Le fait que certaines personnalitĂ©s s’engagent est un signe et je souhaite leur apporter ma confiance pour remettre la France debout, rĂ©cupĂ©rer les entreprises qui ont Ă©tĂ© bradĂ©es Ă  l’Ă©tranger, restaurer la confiance avec les pays d’Afrique, construire l’unitĂ© autour de la MĂ©diterranĂ©e, rebattre les cartes avec l’Europe pour restaurer la souverainetĂ© de chaque pays, travailler ensemble, mais ĂŞtre plus forts en restant souverains.

Alexandre Juving-Brunet est un ancien gendarme et ancien Ă©lève de Saint Cyr. Je trouve courageux qu’une personne qui a reprĂ©sentĂ© les forces de l’ordre se lève pour restaurer le droit. La France a Ă©tĂ© dĂ©voyĂ©e de sa mission par des personnes qui ont modifiĂ© le système afin d’Ă©tablir leur règne par la force, par la peur, par la menace. La vidĂ©o suivante explique bien comment les maires sont limitĂ©s dans leurs actions, muselĂ©s, eux aussi menacĂ©s, leurs communes privĂ©es de ressources et de libertĂ©s. Il faut que le carnage arrĂŞte et que les fossoyeurs de la France soient jugĂ©s et condamnĂ©s.

Marine Le Pen a beaucoup Ă©voluĂ© et elle est une candidate sĂ©rieuse qui connait bien son sujet, mais elle aussi se trouve menacĂ©e par un système de parrainage muselĂ© sous la peur et la contrainte. LĂ  aussi, je ne suis pas d’accord sur tout, mais je pense qu’il faut ĂŞtre pragmatique. Nous sommes dans une guerre Ă©conomique, il n’est pas temps de se poser les questions d’intendance. Il faut d’abord regagner la souverainetĂ© de l’Ă©tat, puis remettre de l’ordre en rĂ©tablissant le droit pour redonner le pouvoir au peuple. Le droit est le bras armĂ© de l’AmĂ©rique, il faut s’armer Ă©galement puis former les reprĂ©sentants du peuple,

Je pense qu’il ne faut pas attendre de miracles de la part des candidats, quels qu’ils soient. Il n’y a pas de hĂ©ros, il n’y a pas de sur-homme ou de sur-femme. C’est au personnes votantes de rĂ©flĂ©chir pour savoir si un candidat leur permettra de faire des choses, crĂ©er des coopĂ©ratives par exemple, soutenir les restaurateurs, soutenir l’art, les spectacles, redonner une vie sociale au pays, penser “localement” plutĂ´t que “libĂ©ralement” et “globalement”. Confucius disait qu’il fallait toujours commencer par s’intĂ©reser aux choses autour de soi, rĂ©soudre les problèmes autour de soi avant d’aller plus loin et ĂŞtre pragmatique c’est cela, valoriser son village, sa commune, les endroits que l’on aime d’abord, pour ensuite pouvoir Ă©largir le cercle ensemble, parce qu’on avance tous ensembles, plus forts. Il faut choisir un candidat en fonction de ce que l’on peut apporter Ă  la nation et voir s’ils laisseraient les projets que l’on veut porter s’accomplir.

Moi, dĂ©jĂ , j’ai dĂ©cidĂ© que si Le Pen, Zemmour ou Juving-Brunet Ă©taient Ă©lus prĂ©sident, je rentrerai en France pour reprendre mon travail auprès des communes forestières, de l’ONF, des exploitants forestiers et des mĂ©tiers de la filière bois, parce qu’une politique commune sur la forĂŞt tempĂ©rĂ©e est un moyen de construire une Europe plus forte bien au-delĂ  des frontières de l’Europe et de travailler avec ceux parmi les alliĂ©s qui veulent oeuvrer Ă  la paix plutĂ´t qu’Ă  la guerre, pour crĂ©er une Europe des grandeurs, pas une Europe de la bassesse, vassale des autres.

Je pense que les fais parlent d’eux-mĂŞmes. Au cours des 7 dernières annĂ©es, des entreprises ont Ă©tĂ© vendues par ceux qui occupent l’ElysĂ©e aujourd’hui, des pans entiers de la libertĂ© de bouger, entreprendre, construire, participer Ă  l’Ă©conomie de la nation ont Ă©tĂ© laminĂ©s. La terreur monte. La tyrannie aussi. L’injustice est partout comme un cancer qui a pris sur les libertĂ©s de faire et de parler. ProcĂ©dures bâillon, “juridical discoveries” comme disent les anglais, autant de flĂ©aux qui conduisent le pays Ă  la ruine. Il faut se relever avant qu’il ne soit trop tard. Il faut parrainer, il faut voter et mettre un bulletin dans l’enveloppe. Il faut avoir ce courage lĂ  avant que les gĂ©nĂ©rations avenir n’aient Ă  lire dans les manuels d’histoire le rĂ©cit Ă©crit par les autres, parce que la rĂ©alitĂ© est lĂ , ce n’est pas le remplacement, c’est l’effacement. C’est l’identitĂ© d’un peuple qui est asservie Ă  la finance et l’oubli qui s’installe comme s’installe la servitude. C’est l’effacement de l’histoire, l’effacement de l’identitĂ©, l’effacement des libertĂ©s.

Si je rentre en France, j’ai prĂ©vu de saisir le DĂ©fenseur des Droits pour remettre de l’ordre dans ma vie, protĂ©ger ma famille et me protĂ©ger moi. Ensuite, je veux reprendre mes travaux, mais diffĂ©remment. Je vais crĂ©er une Ă©cole libre pour enseigner la gĂ©omĂ©trie, les travaux manuels et l’innovation, principalement autour des mĂ©tiers du bois et de la forĂŞt. Ensuite, je veux reprendre mon bâton de pèlerin pour aller dans les communes et donner des confĂ©rences autour de la forĂŞt et des mĂ©tiers du bois, expliquer pourquoi il faut prĂ©server nos forĂŞts, comment gĂ©nĂ©rer des ressources et comment participer aux projets que je mets en place. Dans mon Ă©cole, je vais mettre mes technologies Ă  disposition aux diplĂ´mĂ©s de l’Ă©cole pour qu’Ă  leur tour ils puissent construire, innover, amĂ©liorer et redĂ©velopper une Ă©conomie rurale. Je vais leur enseigner comment valoriser les bois locaux et comment rĂ©sister aux attaques extĂ©rieures. Je prĂ©vois de dĂ©velopper des outils pour lutter contre les attaques extĂ©rieures, grandes entreprises, oligarques, hommes et femmes politiques manipulĂ©s de l’Ă©tranger. Il faut protĂ©ger l’innovation.

Au niveau politique, j’aimerais reprendre les rĂ©unions avec la fĂ©dĂ©ration du bâtiment, rencontrer des dĂ©putĂ©s et obtenir que la France accorde un dĂ©lai de grâce aux inventeurs. Les Etats-Unis, le Japon on une “grace period” qui est vitale au dĂ©veloppement technologique. La France doit se doter de cet outil juridique pour reconquĂ©rir la nation par le travail, les entreprises, les innovations, les idĂ©es, l’inventivitĂ©, et surtout l’espoir et la volontĂ© d’ĂŞtre maĂ®tre de son destin.

Par ailleurs, je souhaite que mon Ă©cole soit dotĂ©e d’un “hackeur space”, c’est Ă  dire un laboratoire muni d’outils et de compĂ©tences pour dĂ©velopper des idĂ©es, s’associer Ă  un incubateur ou une fondation d’entreprise et lancer des projets d’innovation. Parmi mes dĂ©marches Ă  vocation politique, je prĂ©vois de frapper Ă  toutes les portes des milliardaires français pour mener des opĂ©rations de com qu’ils ne peuvent pas ne pas voir, ne pas entendre, prĂ©tendre pouvoir ignorer. Pour cela, je vais vraiment reprendre mes cartoons pour dĂ©noncer l’injustice. Comme Jane, je vais me battre.

Print Friendly, PDF & Email