Ma lettre à Bérangère Couillard

Click on the globe to translate this post

Courrier à Madame la Secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée de l’Écologie

Madame la Ministre,

Dans un article paru dans le Journal du Dimanche du 22 octobre dernier, l’auteure vous labelle de “Madame Chasse du gouvernement”. C’est à ce titre que je vous écris.

Entre 2006 et 2010, j’ai développé de nouvelles technologies permettant la valorisation des feuillus dans la construction bois. En Décembre 2010, je suis entrée en incubation d’entreprise et en juin 2012, je déposais deux brevets d’innovation. Entre 2012 et 2014, j’ai développé plusieurs prototypes pour démontrer mes technologies et notamment le coût construction comparable à celui du béton pour des performances énergétiques bien supérieures.

En janvier 2012, le gouvernement Sarkozy publiait les modifications du code forestier, c’est à dire qu’en parallèle de mon travail pour la valorisation des feuillus français, un groupe de travail au sein de Bercy oeuvrait en coulisse à saboter mes efforts pour la valorisation de la filière bois française. Depuis lors, et surtout depuis Bercy, le gouvernement n’a cessé de privatiser la forêt au bénéfice de la finance. Les choses se sont accélérées avec Monsieur Macron qui utilise les chasseurs comme d’autres utilisent des milices pour privatiser les domaines forestiers.

Entre 2012 et 2015, mon entreprise a subi des attaques incessantes de la part de réseaux que je qualifie de mafieux, actes de sabotages, menaces physiques sur ma personne et celle de mes proches. J’ai fini par clôturer mon entreprise et par quitter la France. En 2015, j’ai initié un travail d’enquête notamment pour montrer la compétition de la filière bois avec les filières bois énergie biomasse et la chasse. Je continue mes enquêtes pour informer le public, les journalistes, les sénateurs et les députés, notamment pour montrer les “influences étrangères” qui utilisent “la chasse” en vue de mieux contrôler les bois et notamment la valeur des bois, donc les ressources économiques de la France. Tout ce que je peux avoir à dire sur ce sujet se trouve sur https://ptitebitd.com/ notamment pour dénoncer les réseaux Foccart, cette mafia d’état qui oeuvre à privilégier certaines industries au détriment des autres, en usant de pratiques mafieuses et anti concurrentielles.

Aujourd’hui Secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée de l’Écologie, vous partez en guerre contre l’alcoolémie des chasseurs mais c’est bien celle des députés qu’il faudrait d’abord contrôler. En 2006, la France enregistrait 1.361.000 chasseurs, soit 2.01 chasseurs par kilomètre carré du territoire national, 1 chasseur tous les 181 mètres pour parcourir 3 kilomètres en une heure. Lorsque l’on transpose ces chiffres sur la forêt, ce sont 5.51 chasseurs par kilomètre carré de forêt. En 2006, la France ne comptait que 160.000 cervidés, toutes espèces confondues, c’est à dire qu’en France, il y a 8.05 chasseurs par cervidé. Ce déséquilibre entre nombre de chasseurs et cervidés montre l’incohérence du gouvernement, qui de la même manière, a créé un déséquilibre entre les chasseurs et les exploitants forestiers, scieurs et spécialistes du bois, les grosses entreprises avalant les petites pour transformer le territoire national en usine de monopolis. Bien sûr, les grandes entreprises gagnent, les Pinault s’offrent même la bourse du commerce, mais à quel prix pour le sang et le denier des français?

Je vous envoie en pièce jointe les performances énergétiques obtenues avec mes prototypes, construit à 1200€/m² en utilisant 35% de chêne français sur la masse de bois du projet. Ces 35% de chênes étaient issus de rebuts de forêt transformés pour être reclassés en bois construction. Cette valorisation permettait de créer un nouveau produit bois et un nouveau revenu de scierie de 600€/mètre cube soit 6000€ (10m3) pour une maison de 150m². Les performances énergétiques du prototype étaient de 31 kWhEp/m².an, réduisant ainsi la dépendance énergétique au gaz et à l’électricité.

Depuis 2015, si mon entreprise avait pu survivre aux différentes attaques, nous aurions étendu notre réseau de fabricants. Sur les 1.091.300 logements neufs construits entre 2015 et 2021, si nous n’en avions construits que 5%, soit 54,565 logements en formant les architectes, les charpentiers et les constructeurs, nous aurions pu valoriser 545.650 m3 de chêne et créer un revenu de 327,39 millions d’euros supplémentaires sur 6 ans. Malheureusement, certains ministres sont comme des ivrognes au volant. A force de voir les chiffres sous la loupe de la finance mondiale, ils ne voient plus comment des chiffres certes plus médiocres peuvent changer la rentabilité et la dynamique des territoires. A ce titre, je vous invite à lire ma lettre aux sénateurs de la commission sur la chasse: https://ptitebitd.com/index.php/2022/08/31/ma-lettre-aux-senateurs-de-la-commission-sur-la-chasse/

Si les politiques, députés et sénateurs, avaient eu le courage de rester sobres vis-à-vis de l’emprise de la finance, notamment le contrôle que la finance opère en se servant des chasseurs au travers le nouveau code forestier, je pense que la France aurait été dans un état bien meilleur qu’elle ne l’est aujourd’hui. Et pourtant, en pointant l’alcoolémie des chasseurs, vous ne pointez pas toutes les autres dérives que le nouveau code forestier induit en se servant des chasseurs comme d’une armée levée contre son peuple.

Au regret que la France soit devenue si pauvre et si désuète.
Bien cordialement,

EB